9 rue St Michel,

34150 GIGNAC

France

09 70 35 39 23 / 06 82 20 28 00

Les techniques de la naturopathie

DEFINITION DE LA NATUROPATHIE

Le naturopathe œuvre pour retrouver ou pour garder une bonne santé. C’est un éducateur de santé holistique et causaliste.

En effet, le naturopathe regarde la personne dans sa globalité, il cherche à agir sur les causes de ses troubles et non pas sur ses symptômes.

La naturopathie repose sur trois principes :

  • Du niveau d’énergie vitale dépend la force d’auto-guérison.
  • De la qualité du terrain dépend notre état de santé.
  • De notre état moral découlent notre niveau d’énergie vitale et la qualité du terrain.

L’action naturopathique aura alors pour but d’agir sur ce terrain, en restaurant une force vitale suffisante, en pratiquant des manœuvres de drainage et en aidant le consultant à retrouver « le moral ».

Lors de la première consultation, un bilan de santé permet de cerner le consultant et de définir ses grandes tendances.

Le naturopathe utilise dix techniques naturelles au sein de trois cures. Ces dix techniques s’appuient essentiellement sur l’utilisation ou la reproduction d’éléments naturels. Aucun produit chimique de synthèse n’est conseillé.

Ces techniques sont :

  • La psychologie ou l’hygiène psycho émotionnelle (fleurs de Bach, relaxation, gestion du stress, alternance travail / repos…)
  • La bromatologie ou l’hygiène alimentaire (alimentation hypo toxique, compléments alimentaires…)
  • La kinésilogie ou l’hygiène par les mouvements (exercices physiques tels que marche, natation, gymnastique, danse, arts martiaux…)
  • L’hydrologie ou l’hygiène par l’eau (bains, douches, affusions, saunas, thermalisme…)
  • La pneumologie ou l’hygiène respiratoire (libération et contrôle du souffle, ionisation, aérosol…)
  • La chirologie ou les techniques manuelles (massages, drainages lymphatiques…)
  • La réflexologie (plantaire, endonasale, shiatsu…)
  • La phytologie ou l’hygiène par les plantes (aromatologie, phytologie, gemmologie…)
  • L’actinologie ou la technique par les rayons (héliothérapie, actinologie, chromothérapie…)
  • La magnétologie ou la technique par les fluides (Magnétisme…)

Elles vont s’articuler au sein de trois cures de manière hiérarchisée, où elles apparaîtront dans un ordre précis.

Cure I : phase préparatoire : bilan et différents dépistages, ré-harmonisation psychologique et préréglage alimentaire.

Cure II : phase de désincrustation : renforcement de la ré-harmonisation psychique. Régime alimentaire restrictif non définitif afin de faire un drainage humoral spécifique. Introduction d’exercices physiques, et de plantes émonctorielles (drainage).

Cure III : phase d’harmonisation qui se fait en deux temps :

  • Phase de revitalisation : apport en substance anti-carence pour combler les manques déjà installés et ceux occasionnés par les drainages.
  • Phase d’harmonisation : il s’agit de mettre en place un système d’hygiène à la fois alimentaire, physique et psychique.

POURQUOI LA NATUROPATHIE ?

Il y a dix ans, j’ai commencé à souffrir d’une névralgie faciale. Cette douleur fulgurante sur le trajet d’un nerf est en général une maladie liée au grand âge… Pour ma part, elle est apparue dans ma vie à l’âge de 37 ans. Les deux premières années, je souffrais par crises plusieurs mois par an. Puis, les douleurs sont devenues quotidiennes et très intenses…

J’ai alors été reconnue travailleur handicapé et licenciée pour inaptitude physique à exercer le métier de commerciale qui était le mien depuis seize ans.

La médecine classique me proposait des médicaments toujours plus difficiles à supporter. Les effets secondaires étaient souvent très handicapants et l’action antalgique recherchée n’était pas au rendez-vous.

Au pire de la douleur, le médecin généraliste m’a pratiquement ordonné une thermo coagulation des racines des nerfs passants dans les cervicales. Le risque de cette opération était une aplasie faciale. J’avais 40 ans, toute une vie devant moi et j’étais certaine que mon problème n’était pas uniquement physique. J’ai refusé cette intervention et tous les médicaments allopathiques, j’ai cherché une autre façon de me soigner.

J’ai alors trouvé une manière différente de vivre. En suivant les conseils d’une jeune naturopathe, j’ai découvert l’agriculture biologique, la marche à pied, les vacances au vert. J’ai donné ma télévision, mon four à micro-ondes, j’ai acheté une lampe à sel et un diffuseur d’arômes… J’ai exclu de mon alimentation le pain, les laitages (Régime du docteur Seignalet), les sucres raffinés (poison pour les nerfs), la viande rouge. J’ai retrouvé les bienfaits des légumes et des fruits… De plus, cette thérapeute avait compris très vite que mes douleurs cachaient un mal-être bien plus profond. Petit à petit, elle m’a alors accompagné dans mes prises de conscience. Elle m’a tout simplement permis de contacter mes rêves les plus fous, mes passions les plus cachées, mes douleurs les moins visibles. Ainsi, toutes les deux semaines pendant une année, elle a été mon entraîneuse pour redessiner mon corps, mon « psy » pour m’aider à y voir clair, mon amie pour pleurer sur son épaule…

Je n’avais plus de travail, une toute nouvelle façon de vivre s’imposait à moi, je me sentais de mieux en mieux, j’ai alors décidé de reprendre mes études pour devenir naturopathe. Deux ans après (en juillet 2007) j’étais diplômée du Collège de Naturopathie Rénovée et je recevais mes premiers consultants. Ces deux années d’études ont été pour moi riches en rencontres et en enseignements. En effet, plusieurs thérapeutes ont croisé ma vie : un ostéopathe, une homéopathe, un médecin chinois et m’ont amené à regarder la névralgie sous un autre angle. La douleur m’a appris jour après jour l’indépendance, le respect, la simplicité. Elle m’a montré le chemin vers moi-même et plus je le suivais, moins je souffrais…

Les diverses lectures (Edouard Bach, Daniel Kieffer, Jacques Martel…) faites lors de ces dernières années ont confirmé ma vision globale de la maladie et la certitude que tout trouble physique provient d’un mal-être psychologique. Je suis arrivée aussi à la conclusion que la maladie ne touche jamais personne au hasard. Il n’y a pas d’injustice dans sa survenue, elle est simplement là pour nous indiquer qui nous sommes. En effet, si nous la regardons différemment, elle nous rendra plus fort, plus heureux, en accord avec nous- mêmes.

Dans ma vision de la vie, tout découle de ce positionnement différent. Moins je me sens victime, plus je suis acteur, plus je suis moi, plus je suis bien… De spectateur attentiste, je deviens décideur responsable. Aujourd’hui comme cette jeune femme qui a été pour moi une lumière dans la nuit, je souhaite à mon tour éclairer les chemins oubliés…

Jung Valérie

9 rue St Michel

34150 GIGNAC

France